Qui est-ce ?

                         MELPOMENE

THALIE

 ACCUEIL

 Retour à Versification

 

 Diogène de Sinope

Féminin pluriel

Non rien de rien

 

 Pastiches

 

  Le poivrot (Polernaz)

- Le Pélican (A. de Musset)

La cocaille (Polernaz)

- Il était sur  son char(Phèdre/Racine)

Le quignon (Polernaz)

- LeGuignon (Baudelaire)

Pot-au-feu (Polernaz)

 -  Lorsque sous la rafale (Moréas)

 Bernard et Irma (Polernaz)

 -  Caligula IIIème chant(de Nerval)

Laissez-moi dormir(Polernaz)

 -  Vous çetes mort un soir(de Noailles)

Né en avril(Polernaz)

 -  Veillée d'avril(Laforgue)

Nature Morte (Polernaz)

- Sur un portrait du Dante (Nelligan)

Maladie d'amour (Polernaz)

- Quand quelquefois je pense (Desportes)

Mâle du pays (Polernaz)

- Heureux qui comme Ulysse (Du Bellay)

Dive bouteille (Polernaz)

- Hier au soir (Victor Hugo)

Chanson bretonne(Polernaz)

- Chanson d'automne (Verlaine)

Ninon...que nenni !(Polernaz)

- A Ninon(Lhuillier-Chapelle)

La belle... lessiveuse (Polernaz) ...gueuse (Tristan L'Hermite)

-Le trou...balourd(Polernaz)

Le troubadour (Germain Nouveau)

Vidange(Polernaz)

Vendanges (José-Maria de Heredia)

 

Codicilles 

 

Odile (J. Cocteau) Additif-Polernaz

Théo (Edouard Guy) Coda-Polernaz 

 


 Coup de gueule musical Hervé Dandé

 

  

Epistelectronique Collectif

 

  

 

MUSIQUE ET MATHEMATIQUES

 

Hervé Dandé

 

 " Je sais plus de mathématique
Que tu ne connais de musique ",
Disait un jour un
musicien
A un grand
mathématicien.
" Car en tout lieu on trouve nombres,
Chiffres, calcul, géométrie,
On a beau changer de patrie ;
Partout Euclide étend son ombre.
Mais pour ce qui est de comprendre
L'art et la manière des sons
De ceux qui écoutent chansons
Peu sont aptes à s'y entendre. "
On jugera sévèrement,
Peut-être, un tel raisonnement,
Mais avouez que par le monde,
Si l'on gave si bien les ondes
De variétés et de musiques,
Souvent manque la qualité.

Tandis que la mathématique,
Pour convaincre les patentés,
Se doit d'être bien formulée,
Bien démontrée en belles lettres
Pour que science soit émulée
Des règles que l'on doit connaître.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

  

 

La quantité n'est pas en cause
Mais si de l'art  mathématique
Les vrais amoureux seuls disposent,
Le médiocre règne en musique.
Tout s'y justifie par l'argent :
Les chanteurs ont peu de scrupules
A baver à l'ouïe des gens
Les textes les plus ridicules.
Les lieux-communs ne le contestent
Qu'aux plus ineptes pataquès
Afin d'emplir le tiroir-caisse
De truands les plus immodestes.
Pauvre Rimbaud, pauvre Ferré !
A vos oeuvres sont préférés
Les textes les plus mal pensés
Et la rime la plus forcée.
A jouer les mêmes accords
Et les mêmes notes encore,
N'osez prétendre, vous, fumistes !
Après être tombés d'accord
Pour vendre la  m . . . .   à prix d'or,
Au délicieux nom d'artistes.

 

R. V. 2000  

 

 

 

 

   

Copyright    Pol Ernaz   

 

Polernaz: Tragicomédien - Langue Française : La Saga du H aspiré  - Abracadabrantesque  -  Mots rares ou oubliés : Textes de A à K - Locutions latines

  Lettres du Liban -  Sans mobile apparent :  Correspondances... sans gare - Humour et fantaisie : Le "Défasé"   - Journée fofolles   -  Dacmania -

  Mites au logis   Babouches  - Versifications - Photos Insolites  -  Chansons :  "La Cocaille"  -  Devoir de Mémoire :   Journal d'un appelé -  Lettre d'Algérie  -  Famille Dandé