Qui est-ce ?

                         MELPOMENE

THALIE

 ACCUEIL

 

En versifiant

 

 Diogène de Sinope

 

Pol Ernaz

 

  1. Féminin pluriel

 

Pastiches :

 

Racine

Alfred de Musset

Verlaine

Baudelaire

Moréas

de Nerval

de Noailles 

Laforgue

Nelligan

Desportes

Du Bellay

Hugo

Verlaine2

Lhuillier-Chapelle

L'Hermite

Nouveau

Heredia

 

Appendices logiques :

 

  

   

   

 Retour à Versification

Pastiche : Du pain sec, quelle déveine !

 

 

Le guignon

Pour soulever un poids si lourd,
Sisyphe, il faudrait ton courage !
Bien qu'on ait du cœur à l'ouvrage,
L'Art est long et le Temps est court.

Loin des sépultures célèbres,
Vers un cimetière isolé,
Mon cœur, comme un tambour voilé,
Va battant des marches funèbres.

- Maint joyau dort enseveli
Dans les ténèbres et l'oubli,
Bien loin des pioches et des sondes ;

Mainte fleur épanche à regret
Son parfum doux comme un secret
Dans les solitudes profondes.

 Charles BAUDELAIRE   

 

 

Le quignon

Il a fallu que tu sois sourd,
Maurice, et maintenant j'enrage !
Je te le redis sans ambages,
Ce bout de pain te joue des tours.

Hier j'en fus témoin un zèbre
Presque aussi tondu que pelé,
Laissa ce croûton pour du blé,
Son pas lourd, le regard funèbre.

Ce soir avant d'aller au lit,
Il ne faut pas que tu oublies
De le donner à
Cunégonde.

Sinon je serais au regret
De servir ce quignon pas frais
A ta cousine
Frédégonde.

 Polernaz

 

 

Copyright    Pol Ernaz

Polernaz: Tragicomédien - Langue Française : La Saga du H aspiré  - Abracadabrantesque  -  Mots rares ou oubliés : Textes de A à K - Locutions latines

  Lettres du Liban -  Sans mobile apparent :  Correspondances... sans gare - Humour et fantaisie : Le "Défasé"   - Journée fofolles   -  Dacmania -

  Mites au logis   Babouches  - Versifications - Photos Insolites  -  Chansons :  "La Cocaille"  -  Devoir de Mémoire :   Journal d'un appelé -  Lettre d'Algérie  -  Famille Dandé