Qui est-ce ?

                         MELPOMENE

THALIE

 ACCUEIL

 Retour à Versification

 

 Diogène de Sinope

Féminin pluriel

Non rien de rien

 

 Pastiches

 

  Le poivrot (Polernaz)

- Le Pélican (A. de Musset)

La cocaille (Polernaz)

- Il était sur  son char(Phèdre/Racine)

Le quignon (Polernaz)

- LeGuignon (Baudelaire)

Pot-au-feu (Polernaz)

 -  Lorsque sous la rafale (Moréas)

 Bernard et Irma (Polernaz)

 -  Caligula IIIème chant(de Nerval)

Laissez-moi dormir(Polernaz)

 -  Vous çetes mort un soir(de Noailles)

Né en avril(Polernaz)

 -  Veillée d'avril(Laforgue)

Nature Morte (Polernaz)

- Sur un portrait du Dante (Nelligan)

Maladie d'amour (Polernaz)

- Quand quelquefois je pense (Desportes)

Mâle du pays (Polernaz)

- Heureux qui comme Ulysse (Du Bellay)

Dive bouteille (Polernaz)

- Hier au soir (Victor Hugo)

Chanson bretonne(Polernaz)

- Chanson d'automne (Verlaine)

Ninon...que nenni !(Polernaz)

- A Ninon(Lhuillier-Chapelle)

La belle... lessiveuse (Polernaz) ...gueuse (Tristan L'Hermite)

-Le trou...balourd(Polernaz)

Le troubadour (Germain Nouveau)

Vidange(Polernaz)

Vendanges (José-Maria de Heredia)

-Double naugrage (Polernaz)

Je m'embarque (de Vermeil)

Codicilles 

 

Odile (J. Cocteau) Additif-Polernaz

Théo (Edouard Guy) Coda-Polernaz 

 


  

Epistelectronique Collectif

 

 

LES BUFFLES

Hervé Dandé

    Le regard dédaigneux, des dieux sourds et moqueurs

    Contemplaient, amusés, l’œil sec sous la paupière,

    La fuite d’un troupeau, le cœur comme une pierre,

    La conscience aiguë que tout ce qui vit meurt.

     

    Un soleil blanc lunaire aveuglait de pâleur

    Les buffles pourchassés traversant la poussière

    Qu’un violent galop soulevait haut dans l’air

    En un souffle asphyxiant de terre et de chaleur.

     

    La plaine balafrée d’un canyon abyssal

    Jetait sous les sabots de ce front animal

    Le vide de son gouffre ouvert sur le néant.

    L’araire d’un colosse avait griffé d’un soc

     

    La titanesque ornière. En ce sillon géant

    Les bêtes exténuées périssaient dans un râle.

    Plus un dieu ne regarde, au fond du trou béant,

    La chair des taureaux noirs pourrissant sur le roc.

     

    R.V. 2019

Du même auteur :

Les Buffles

Coup de gueule musical

 

Polernaz: Tragicomédien - Langue Française : La Saga du H aspiré  - Abracadabrantesque  -  Mots rares ou oubliés : Textes de A à K - Locutions latines

  Lettres du Liban -  Sans mobile apparent :  Correspondances... sans gare - Humour et fantaisie : Le "Défasé"   - Journée fofolles   -  Dacmania -

  Mites au logis   Babouches  - Versifications - Photos Insolites  -  Chansons :  "La Cocaille"  -  Devoir de Mémoire :   Journal d'un appelé -  Lettre d'Algérie  -  Famille Dandé