Qui est-ce ?

                         MELPOMENE

THALIE

 ACCUEIL

       

 Retour à Versification

 

  Diogène de Sinope

Féminin pluriel

Non rien de rien

Fantaisie pour la rime

Tornade

Tableau

 

 Pastiches

 

  Le poivrot (Polernaz)

- Le Pélican (A. de Musset)

La cocaille (Polernaz)

- Il était sur  son char(Phèdre/Racine)

Le quignon (Polernaz)

- LeGuignon (Baudelaire)

Pot-au-feu (Polernaz)

 -  Lorsque sous la rafale (Moréas)

 Bernard et Irma (Polernaz)

 -  Caligula IIIème chant(de Nerval)

Laissez-moi dormir(Polernaz)

 -  Vous çetes mort un soir(de Noailles)

Né en avril(Polernaz)

 -  Veillée d'avril(Laforgue)

Nature Morte (Polernaz)

- Sur un portrait du Dante (Nelligan)

Maladie d'amour (Polernaz)

- Quand quelquefois je pense (Desportes)

Mâle du pays (Polernaz)

- Heureux qui comme Ulysse (Du Bellay)

Dive bouteille (Polernaz)

- Hier au soir (Victor Hugo)

Chanson bretonne(Polernaz)

- Chanson d'automne (Verlaine)

Ninon...que nenni !(Polernaz)

- A Ninon(Lhuillier-Chapelle)

La belle... lessiveuse (Polernaz) ...gueuse (Tristan L'Hermite)

-Le trou...balourd(Polernaz)

Le troubadour (Germain Nouveau)

Vidange(Polernaz)

Vendanges (José-Maria de Heredia)

 

Codicilles 

 

Odile (J. Cocteau) Additif-Polernaz

Théo (Edouard Guy) Coda-Polernaz

 

 

 Annick Meynier 

 

 

 

C o m m e n t  v a s - t u  ? ... Haïti

 

1 -A l'horizon le ciel est gris

les sauveteurs creusent sans cesse

accompagnés des pleurs, des cris

des survivants, dans leur détresse !

 

2 -Groupés en rond, les bras au ciel

les lèvres disent une prière,

offrant leur foi en l'Eternel

malgré l'horreur et la colère !

 

3 -Je suis le fils, terrorisé,

perdu au centre du naufrage;

je suis le père, inconsolé

devant l'étendue du carnage !

 

4 -Je vois ce monde écartelé

bravant la houle et la tempête...

je sens l'enfant épouvanté

sous le séisme qui la guette !

 

5 -J'entends la voix du malheureux,

sans toit, sans pain, sans espérance...

et je frémis silencieux,

vêtu de mon incompétence !

 

 

 

6 -Pourtant, bientôt, sans prévenir

la foule change et l'on chuchote...

c'est une pause pour recueillir

un corps souffrant que l'on emporte !

 

7 -Dans les gravats la vie jaillit,

le chien, joyeux, pleure en silence,

car le miracle s'est produit

grâce à son expérience !

 

8 -Soudain je suis moins accablé,

enflammé par cette étincelle,

j'avance d'un pas décidé

vers la lumière qui m'appelle !

 

9 -Car l'être humain est désarmé

si, au moment de l'éclaircie,

au fond d'un cœur inanimé

l'envie d'espoir reste endormie !

 

10 -Dans le grand vent du tourbillon,

répandant une peur stérile,

surgit toujours, tel un fleuron,

la Renaissance si fragile !

De ce terrible chaos,

tu renaîtras, Haïti !    

                                                    Annick Meynier 

                          

 

 

 

Copyright    Pol Ernaz   

 

 

Polernaz: Tragicomédien - Langue Française : La Saga du H aspiré  - Abracadabrantesque  -  Mots rares ou oubliés : Textes de A à K - Locutions latines

  Lettres du Liban -  Sans mobile apparent :  Correspondances... sans gare - Humour et fantaisie : Le "Défasé"   - Journée fofolles   -  Dacmania -

  Mites au logis   Babouches  - Versifications - Photos Insolites  -  Chansons :  "La Cocaille"  -  Devoir de Mémoire :   Journal d'un appelé -  Lettre d'Algérie  -  Famille Dandé