Qui est-ce ?

                         MELPOMENE

THALIE

                                                                                                              

   ACCUEIL    

Echanges sur le forum des "anti"-aéroport de Notre Dame des Landes     

Retour : Cinq jours

 

NOTRE-DAME-DES-LANDES-OUI… suite.

 

Février 2014 à <zad@riseup.net>  

 

Derniers constats visualisés lors de mes déplacements, les dégradations des affidés au mouvement des "Verts écologistes" de panneaux routiers continuent : voir à l'embranchement des routes de NDDL et Redon à la sortie de La Pâquelais. Si certains panneaux ont été remplacés par la SNCF - aux frais des usagers? - ou par le département d'Ille-et-Vilaine - aux frais du contribuable? - les responsables ligériens ou locaux semblent avoir pris le parti - en toute (ir)responsabilité? - de ne pas remettre en état les signalétiques dégradées indispensables à la sécurité exigée des automobilistes. Sans doute en connaissance de cause et en prenant le risque - calculé? - d'éventuels accidents, sous la menace permanente des Vandales bien installés dans la zone qui n'hésitent pas à démontrer comme en agglomération nantaise leur potentiel destructeur... cautionné par certains édiles de la sphère gouvernementale !

Nous ne sommes pas à Kiev pour trouver de bonnes raisons d'édifier des barricades en faisant en autre valoir des arguments ou allégations fallacieux. FAITES-MOI RIRE : comme déjà précisé précédemment cette zone dite "humide" - et il faut le répéter pour bien le mettre en tête - n'existe que grâce au projet d'aéroport; les terres laissées en friches depuis quelques décennies en prévision de ce projet ont permis à une faune toujours prête à s'établir en des lieux propices où les activités humaines mettent un bémol à leurs habitudes agricoles et aratoires. Démonstration, s'il en était besoin, de la faculté d'adaptation de toutes ces petites bêtes et autres crapauds et salamandres à un environnement plus ou moins hostile. De tels espaces existent et se renouvellent sur tout le territoire du pays selon les aléas et n'ont rien d'exceptionnels. Cette "zone humide" n'a donc rien d'unique contrairement à ce que matraque cette mouvance opaque et indéfinissable qui n'hésite pas à faire valoir en la matière un argument qu'il faut sans hésitation qualifier de mensonger et MALHONNÊTE... et que prennent pour argent comptant nombre d'individus obnubilés par une écologie dans l'air du temps sans s'attarder aux vraies réalités. Se rendent-ils seulement compte que cette polarisation, somme toute secondaire sur l'ensemble du projet, occulte d'éventuelles autres bonnes raisons... s'il en existe?

Et que font nos gouvernants - premier ministre en tête porteur historique du projet - devant cette opposition hétéroclite? Ils tergiversent à l'infini, alimentent l'idée auprès de ces hordes sûres de leur bon droit mais dans une illégalité permanente que leurs actions finiront par l'emporter.

A force de "baisser leurs frocs" pour ne pas faire de vagues - avant des élections que l'électeur, forcément influençable, sanctionnera ou non selon la hauteur de ces dernières - et de regarder l'horizon qui à chaque pas en avant... recule, François, Jacques, Jean-Marc et les autres seront sans doute surpris (mais trop tard) par de désagréables grains de sable dans leurs slips que leur aura apporté le prochain coup de vent qu'ils n'auront pas vu venir.

A bon entendeur...

                                                                                   Polernaz

 

Nouveau logo à votre disposition

Le 3 juillet 2013 - 16:00 , à <zad@riseup.net>               

 

 

La pieuvre s'étend...

Au fil de mes pérégrinations je découvre les dégradations systématiques et volontaires de ces drôles de Zèbres A Déshabiller adeptes du noir anarchiste pour bande organisée et pour lesquels les bandes noires horizontales de l'habit de bagnard siéraient à ravir à ces promoteurs de désobéissance civile. 

José, Eva, Noël et autres Cécile ne peuvent que se féliciter de telles actions de promotion de la qualité environnementale prôner par des Zouaves A Dégager au plus tôt avant que tous les panneaux routiers bretons ne fassent l'objet de leur sollicitude.

Mais que font les autorités, du moins s'il en reste, avant qu'un automobiliste distrait ou non ne tombe dans le panneau (c'est le cas de le dire) et ne devienne la victime du manque de visibilité des indications nécessaires à une conduite responsable et sécurisée?

A suivre...?

 

... même la SNCF !

 

Le 28 avril 2013 - 17:30 , à <zad@riseup.net>       

 

Cliquer sur l'image pour en voir plus

 

Eh oui, me revoilà !

Toujours utilisateur  régulier de la départementale conduisant de la Pâquelais vers N.D.-des-Landes / Blain et vice-versa,  lors de mon dernier passage, j'ai pris ce document qui ne laisse aucun doute sur la volonté affichée par votre mouvance moyenâgeuse de perturber au mépris de toutes règles et lois les allers et venues des automobilistes, entre autre, comme déjà précisé dans un précédent courrier, en vandalisant les panneaux routiers.

Il est d'ailleurs surprenant que les autorités responsables du bon fonctionnement des voies publiques et de la sécurité des usagers ne prennent pas les dispositions nécessaires pour réparer (à vos frais – amendes incluses) de telles dégradations et les laissent perdurer depuis des mois.

Vous qui de plus vous faites les chantres du retour à la nature, qui proclamez vos droits à une qualité de l'environnement excluant toute intrusion susceptible d'altérer vos canons très personnels de l'hygiène et de la propreté, vous vous complaisez dans un espace agencé selon vos goûts et des plus surprenants : vos accumulations de planches disparates, de toiles déchirées, de pneus (subtilisés à la civilisation que vous exécrez?) n'ont d'égal – à votre échelle sans doute, mais vous ne désespérez pas de vous étendre – que les favelas de Rio, les bidonvilles du Caire ou plus près de nous les camps de Roms… Je suis surpris que des organismes nationaux ou internationaux ainsi que des partis politiques conduits par certains leaders déjà cités – mais sans doute le font-ils pour ne pas se salir eux-mêmes les mains, trop heureux de laisser des irresponsables pourrir et envenimer la situation à leur place – puissent cautionner de telles pratiques.  

Je ne suis pas personnellement décideur du projet contesté par votre minorité habitué aux coups d'éclats malhonnêtes prônant l'incivilité, mais le premier impliqué, au milieu de la majorité silencieuse "pour", par les nombreux désagréments de votre fait, je souhaite ardemment que la mise en chantier intervienne rapidement afin d'éradiquer en premier lieu(je sais, il faudra plus que le karcher  annoncé à bon escient par un édile du gouvernement précédent) une population malsaine prétendument propriétaire d'une Zone A Récupérer pour le bien de l'intérêt général.

A vous lire ? 

Polernaz

 


 

Le 25 novembre 2012 17:51, à <zad@riseup.net> 

A l'attention de Rodolphe.

Pseudo ou vrai prénom votre Rodolphe, squatter professionnel  (père de deux enfants, apprentis squatters?) entendu sur les médias télévisuels m'a bien diverti.  Espérer que ses enfants gardent en ces lieux – entendez la ZAD de Notre Dame des Landes – une nature identique à ce qu'elle  était voici cent ans et le dire au volant d'un véhicule bien du vingt-et-unième siècle, est d'un effet du meilleur comique ! Et je le soupçonne, sans trop me tromper, d'avoir en permanence à portée de main cet anachronique portable que les diligences, voitures à cheval et autres charrettes à bœufs  ne côtoieront jamais, peu s'en faut. Prêt à coller à l'oreille ce débile instrument pour écouter  l'alerte d'un guetteur l'avertissant de l'approche intempestive d'éléments perturbateurs (admirez le renversement des rôles) venant le déloger.

Quand à la défense de la biodiversité exceptionnelle (dixit Eva, José ou Noël) établie dans la forêt de Rohanne et au milieu de la zone humide adjacente, laissez-moi rire. Que veux-t-on nous faire croire? Que les bienfaits régulateurs sur l'environnement d'un très modeste bois ont autant d'impact que la forêt (là le terme est adéquat) du Gâvre (4500 ha) située à une quinzaine de verstes. Idem pour cette zone dite humide de quelques hectares qui vaut, à vous entendre, la Brière du coin (490 km2) distante d'une dizaine de lieues! Zone humide à Notre Dame des Landes qui, soit dit en passant, existe et s'est constituée depuis une vingtaine d'années en grande partie dans les friches que représentent les terrains acquis depuis ces dernières décennies pour la construction de l'aéroport.

Et si ces espaces, bois et zone humide, prennent tant d'importance, que reste-t-il des 1600 hectares cultivables qu'un dernier carré de paysans défend becs et ongles avec le concours de margino-anarchistes? Ces mêmes paysans qui n'ont qu'un souci : la sauvegarde des alytes accoucheurs et autres tritons. Ils ne connaissent pas les soucis représentés par l'altise du colza ou la piéride du chou vu qu'ils cultivent essentiellement, comme la plupart des agriculteurs, ce maïs si bien subventionné par la PAC. Ils ne vont plus, comme il y a cent ans ou même cinquante –il faut que Rodolphe leur réapprenne les anciennes méthodes- journellement couper à la serpe les choux ou le maïs, pied par pied, pour le redistribuer au troupeau… l'ensilage est si facile !

Attention, je ne remets pas en question les nouvelles pratiques agricoles, j'explique à Rodolphe… c'était si bien il y a cent ans!

P.S. Pour rester dans l'agriculture, je suggérerais bien à José de retourner à ses chèvres, celles-ci ont du oublier la couleur de ses moustaches.

Pol Ernaz

Le 16 novembre 2012 09:02, suggestion à <zad@riseup.net> 

Pour donner suite - ce que vous n'attendez pas - à nos échanges, il me vient une idée : je suggère que vous alliez vous reposer du côté de Savines-le-Lac. En vous penchant sur l'historique de ce village, vous apprendrez combien la population était hostile au barrage... Il est évident que les nouvelles générations ne regrettent pas  le diktat des autorités qui allait à l'encontre  des souhaits de la population de l'époque. C'est un exemple, je n'en dirai pas plus, il vous suffit de regarder et écouter en cliquant sur ce lien                                                         :http://www.dailymotion.com/video/x4134_reportage-du-village-de-savines-en_news?start=130

 

zad@riseup.net          Lundi 12 nov. 2012

difficile d'avoir envie de répondre à une telle débauche de mépris et de mesquinerie, pas la peine d'utiliser le passé simple juste pour épater les galeries non-francophones,
et si vous persistez à ne pas comprendre qu'il n'est pas possible de s'opposer à un projet porté et par l'etat et par les multinationales (pour leurs intérêts à eux, parce que si vous croyez encore qu'un aéroport  est d'intérêt général, c'est bien triste, et manifestement, changements climatiques, disparitions des terres agricoles, et exploitations des travailleurs ne signifient rien pour vous ) à visage découvert, tant pis
courage à vous, automobiliste vaillant de la zone, et ne vous laissez pas aller à rouler plus ou moins vite que ne l'autorisent les panneaux

 

Nouvelle réponse            Mardi 13 nov. 2012

Quand on est, comme moi, amoureux de la langue française, on la décline sur tous les modes fût-ce le passé simple ou l'imparfait du subjonctif. J'y prends personnellement grand plaisir et il ne s'agit en rien d'épater la galerie. Prenez-le comme vous voulez, c'est votre problème, mais par votre réponse vous me confirmez bien la présence –ce que nous savions déjà- de non-francophones i.e. d'étrangers qui n'ont absolument rien à faire dans cette entreprise si ce n'est qu'ils sont catapultés –et entretenus, je suppose- par des lobbies politico-écolos ou altermondialistes dont les méthodes instituent en axiome le principe de la violence pour dénoncer les idées ou décisions soi-disant elles mêmes violentes de l'establishment que vous confondez avec les institutions démocratiquement élues.

Je persiste à affirmer que l'utilisation de cagoules ou toute autre forme de déguisement ayant pour but de ne pas être reconnu lors de manifestations procède de la lâcheté. Force est malheureusement de constater, et cela ne vous a pas échappé – c'est votre credo- que les exactions d'un collectif annihilent toute responsabilité individuelle… c'est si facile !

Je suis passé hier au soir sur cette route qui va de La Paquelais en direction de Redon. Et j'ai constaté. J'ai constaté avec quel brio et désinvolture, vous, partisans et défenseurs de la nature et de la paix (?!!!), vous n'hésitez pas à massacrer cette même nature en dressant des barrages faits de branchages et d'arbres coupés. Il m'a même fallu franchir un check point (j'imagine que dans votre certitude sur le bien fondé – méthode Coué – de vos manœuvres  c'est le qualificatif  que vous donnez à cette barricade de branchages affublée d'une barrière qu'un petit caporal fait pivoter manuellement). Et vous m'avez même proposé un tract pour la prochaine manifestation du samedi 17 novembre ! De quel droit osez-vous exiger des automobilistes le respect du règlement au code de la route sur cette voie théoriquement libre, pas particulièrement accidentogène, alors que vous y installez des barrages et vandalisez les panneaux de signalisations?

J'invite toute la population, en grande majorité favorable au projet contrairement à ce que vous voudriez faire croire, à faire le déplacement pour constater quelle zone de non-droit vous avez accommodez. La vue de telles dégradations ne peut qu'appeler de ses vœux une intervention des autorités et de la force publique afin de rétablir la liberté de circulation en évacuant manu militari tous ces éléments perturbateurs par nature dont vous vous faites le chantre.

Amen… (Je le dis pour vous…j'ai l'intuition que ce mot vous est venu malgré vous au terme de cette péroraison car il est certain que vous entravez le latin autant que le français).

Amen… amen dico vobis…

Pol Ernaz

 

 

Lettre au collectif anti-aéroport de Notre Dame des Landes.  Samedi 10 nov.  2012

 

Sauf votre respect !

 

Détail important : je pensais qu'il n'y avait que les corses ou les truands à se cacher derrière des cagoules. On ne veut pas être reconnu parce que l'on participe à des actions que la loi réprouve ou tout simplement parce qu'on n'a pas le courage de ses opinions. Cette population soi-disant de conviction que draine le projet de Notre Dame des Landes n'est en fait constituée en majeure partie que d'éléments marginaux ayant le même état d'esprit que tous ces individus incontrôlables qui profitent de la première manifestation venue pour faire le coup de poing et vandaliser tout ce qui peut l'être. Ce n'est pas à l'honneur des "Verts" ou prétendus tels que de cautionner ce genre de comportement. 

L'aéroport de Notre Dame des Landes se fera. Premier importuné par ces travaux, empruntant régulièrement des routes qui seront certainement coupées ou déviées. Cela ne perturbera pas outre mesure mes habitudes vu que les actions actuelles d'une poignée d'excités irresponsables nous habituent avant l'heure à ces désagréments inéluctables mais qu'acceptent volontiers les personnes qui pensent que l'intérêt général prévaut sur les petits soucis des particuliers. 

Pol Ernaz

 

Une réponse de : zad@riseup.net     Samedi 10 nov. 2012

"petits soucis des particuliers", bien envoyé vers les familles en expropriation et les habitantes qui vivent içi depuis des dizaines des années.heureusement pour vous, vous etes pas concernez, très bien pour vous.
Pour vos enfants et les generations après eux, surement vous avez pas des soucis non plus, bien évidement, c'est cette esprit qu'il faut d'abandoner.

irresponsable monsieur, c'est vous !

 

                                                         Réponse à la réponse :               Dimanche 11 nov. 2012

 

Bravo !

Vous, dont la provocation est certainement une seconde nature, êtes tombés comme un seul homme dans le panneau d'une autre provocation à peine insidieuse que comportait la fin de mon message.

Mais, à moins que vous n'ayez séché l'école de la république – peut-être  déjà adepte de l'école buissonnière – votre français approximatif confirme ce que nous savons et apporte de l'eau à mon moulin : la barque de la contestation sur cet aéroport semble bien être avant tout conduite non par les autochtones, mais par des étrangers désœuvrés et illuminés dont les médias nous font l'écho. Connaissant vos propos, vous direz qu'il s'agit là de désinformation… genre dans lequel vous excellez avec brio sur votre site internet. Personnellement, pour le constater moi-même lors de mes fréquents passages dans cette zone que vous vous êtes approprié indûment en y laissant vos marques de fabrique tel ce vandalisme sur les panneaux routiers que l'on vient tout juste de remettre  en état après plusieurs années. Est-ce responsable et intelligent de mettre un zéro sur un panneau où la vitesse autorisée est de cinquante ou soixante-dix kilomètres à l'heure?

Vous devinant originaire – informez-moi si je me trompe, et en quel cas songez à améliorer la langue de Descartes pour votre communication – d'un pays limitrophe de l'hexagone, j'imagine que pour arriver jusqu'ici, chez nous, et rester en conformité avec les valeurs que vous prônez, la chaise à porteurs ne fut point votre moyen de locomotion : rassurez-moi, l'emploi de deux laquais est bien incompatible avec votre idéologie anarchisante? A moins que vous ne vîntes à pieds comme tout bon pèlerin sur les chemins de Saint Jacques muni du crédential et du bâton idoine? Je vous sais allergique au moteur à explosion qui crée tant de pollution et je ne vous voie pas utilisant les services des chemins de fer grands massacreurs de nos beaux paysages avec leurs lignes électriques et ces rails défigurant nos campagnes à l'infini ! Non, vous empruntâtes, cela ne fait aucun doute, cette bonne vieille diligence dont vous rêvez le retour à moins que ce ne fut la malle-poste moins aristocratique mais plus à la portée de vos bourses plates.

Pour les enfants et les générations à venir, je leur souhaite avant tout d'avoir un travail honnête et assez rémunérateur pour leur permettre d'affronter sans trop de soucis les aléas de la vie et de décider eux-mêmes, parce que leurs parents leur auront inculqué les valeurs indispensables à toute vie en société (le respect des personnes et des biens en étant la base), du choix de leur qualité de vie et de vivre ensemble. Le projet de Notre Dame des Landes génère à n'en pas douter de grands espoirs pour d'innombrables personnes en mal de travail, n'est-il pas ?

Ceci dit, je n'attends qu'une réponse, un avis, une explication de votre part : POURQUOI DES CAGOULES ?

Pol Ernaz

P.S. Mon propos n'est pas ici de critiquer une élocution défaillante et non académique d'un étranger maitrisant mal notre langue, mais bien de stigmatiser des individus venant d'autres cieux pour imposer leur "loi" (terme imprope en l'occurrence) sous nos contrées.

 

Retour à Novembre

 ACCUEIL  

Copyright    Pol Ernaz